Sélectionner une page

L’Oeuvre créé répond à l’appel à projet « Embellir Paris ». À l’initiative de la maire de Paris, la Ville parisienne a engagé un dialogue avec les mairies des 20 arrondissement parisien pour identifier des lieux insuffisamment mis en valeur fréquentés par les habitants. «Embellir Paris» propose d’améliorer le cadre de vie parisien en redonnant de la valeur à des lieux délaissés de la capitale. 20 sites ont alors été retenus en vue de la mise en oeuvre, de manière rapide, d’une intervention artistique ou culturelle.

La place d’Alexandrie, triangle de vide taillé dans la masse du plein parisien, est l’un des sites retenus et l’endroit où viennent se loger « Les Trois nuages», premier chantier d’embellir Paris.

Suite à un relevé archéologique du sol de la place d’Alexandrie, l’oeuvre cinétique et sur mesure des trois nuages épouse les géométries spécifiques des joints existants entre les dalles, en trois points de la place. Cette sculpture, pièce de bijouterie, serti entre les dalles de granit , intercepte les rayons du soleil et scintille à mesure qu’on la parcours.

Le piéton est interpellé l’espace d’un instant et suspend son trajet rue d’Alexandrie. Surpris, au bord d’un léger vertige, il hésite à mettre un pied devant l’autre, son regard circulant entre les pierres où il peut apercevoir et contempler la beauté des cieux changeant de l’île de France. Comme une ondée miroitante, 3 nuages de lumière traversent la place d’Alexandrie. Les météores reflètent couleurs et lumières sous le pas du piéton. Le sol opaque semble mouvant, les dalles de granit deviennent flottantes comme des pas japonais posés sur l’eau, le piéton lève les yeux au ciel, contrechamps implicite de l’oeuvre.

 

 

Crédit: Joséphine Brueder

Le sol parisien est l’objet principal de cette oeuvre, paysage important des enfants et du piéton de Paris, sujets principaux des «trois nuages». La surface montre autre chose qu’elle même : des dizaines d’échantillons du ciel Parisien, contrechamps implicite de l’oeuvre, découpent nets les bords des dalles de granit qui retrouvent leur monumentalité. Ces échantillons de ciels se disséminent sur l’étendue de la place, soulignent le rythme des dalles et composent une vaste marelle dont les couleurs et lumières mystérieuses sont toujours changeantes. Les mouvements des piétons fait basculer les reflets et dans un effet cinétique l’oeuvre se met en mouvement. Les «Trois nuages» viennent ainsi souligner délicatement une beauté déjà présente, la révélation d’une oeuvre d’art potentielle. En ôtant de la masse, et en ajoutant de la lumière, cette sculpture fait léviter le piéton de Paris pour quelques pas, le temps de remettre le monde à l’endroit et de reprendre ses affaires courantes.

PHOTOGRAPHIE DU  SITE PRE-EXISTANT ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..